La petite histoire des satellites d'astronomie

L'observation du ciel, de nuit et par temps clair, est magnifique. Cependant nos yeux et notre atmosphère, les lumières des villes aussi, nous empêchent d'appréhender une très grande partie des rayonnements issus des corps célestes. Pour y pallier, des sites en altitude ont été construits et même des vols en ballons stratosphériques ont été pratiqués pour réduire le filtre atmosphérique. Depuis les années 1960, l'observation astronomique par des satellites est venue amplifier tout ce que nous savions précédemment en y apportant de nouvelles visions : rayons gamma, rayons X, rayons ultraviolet, infrarouge proche et lointain. L'atmosphère terrestre ne gêne plus. De plus, les satellites ne subissent pas le mouvement diurne des observatoires au sol et, s'ils sont placés sur des orbites éloignées, ils peuvent observer pendant des temps qui sont peu limités et ainsi accéder aux objets célestes de très faible magnitude. Ils sont également des arpenteurs de notre galaxie en astrométrie et y "chasser" à loisir les exoplanètes. L'astronomie et l'astrophysique ont un usage complémentaire des observatoires au sol et des satellites spécialisés porteurs d'instruments de très haute précision. Un parcours rapide des étapes historiques du demi-siècle passé montrera combien la technique spatiale, progressant d'une mission à une autre, est venue accroître nos connaissances de l'univers. L'Europe peut s'enorgueillir de magnifiques réalisations.

Salle FELLINI de l'ESPACE MIMONT 5 Rue Mimont, 06400 CANNES

×